Sur la scène d'un nouveau monde... Serez-vous marionnettiste ou marionnette?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je ne suis pas une rose, je suis les piquants.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Captus Division I


Messages : 135
Date d'inscription : 03/09/2012
Localisation : Bien caché.

Informations supplémentaires
âge du personnage: 21
Pouvoir: ~
Groupe, division: Captus, chef de l’orgueil ~

MessageSujet: Je ne suis pas une rose, je suis les piquants.    Lun 3 Sep - 19:32


PRÉSENTATION
~ Ikoto Zeishi ~





Nom : Zeishi
Prénom : Ikoto
âge : 21 ans
Groupe : Organisation Captus
Métier: Division de l'orgueil, j'aimerais être commandant if I can.


.: Pouvoir :.


Fragile, ça compte?


.: Caractère :.
« Un être sans personnalité mentale est un robot »



Vous voulez donc me connaitre? Très bien... Puisqu'il le faut.
Je suis généralement, assez froid avec tout le monde. Je ne parle pas aux gens quand je n'en vois pas l’intérêt. Trop me parler, c'est me pousser à vous donner un coup de pied au cul, j'espère être clair. Oui, vous me trouvez désagréable? Strict? Et bien c'est comme ça. Cherchez à me connaitre et je vous donne mon vrai visage, c'est tout. Je suis, habituellement, assez solitaire. Je ne veux voir personne, les gens me dérangent, et me font un peu peur... Oui... Les gens, je les déteste. Ils passent leur temps à se moquer des autres, c'est tout. La base de l'amusement pour eux, c'est se moquer. Ah! Oui, que c'est drôle... Effectivement, maintenant à ma place de commandant, je me rend compte à quel point c'est amusant de rire des autres, de mes subordonnés en particulier. C'est encore un des risque à prendre en venant me parler. Le mieux c'est de me laisser en paix, pas vrai? Sage décision. Quand je suis tout seul j'en profite pour réfléchir sérieusement, n'ayant aucuns pouvoir ...




.: Physique :.
« Ne vous fiez pas aux apparences »



Je suis quelqu'un d'assez grand, enfin... Plus grand que les petits on va dire, je suis dans la moyenne en gros. Je suis assez bien sculpté, mais reste quand même assez fin, je ne mange que des crudités, ni viande, ni sucrerie, ni graisse. En plus je ne mange qu'un repas par jour, je n'ai pas vraiment la tête à manger en général, je mange juste pour me garder en vie, par obligation. J'ai un tatouage sur l'épaule droite, deux croix rouge l'une chevauchant l'autre. J'ai aussi une peau très lisse et douce, mais très fragile. Le moindre petit coup de couteau peut me faire une plaie énorme. Aussi ma peau est très clair, allant pratiquement vers la pâleur en permanence.

Parlons de mon visage... Il fait très mature, mais pas vieux. Mes trais sont plutôt fins, ce qui me donne un peu d'élégance. J'ai une expression en générale froide et stricte. Je ne montre aucuns sourire, et aucunes gênes. Je ne pleure jamais aussi. Je n'ai pas une expression neutre, mais il est rare de me voir m'exprimer part mon regard ou ma tête, à part quand je suis en colère, je le fait bien comprendre, malgré le fait que je ne perde jamais mon sang froid. Mes yeux sont d'un bleu tellement clair qu'on croirait qu'ils sont blancs, et ne brillent jamais. Mon nez est fin et droit, mes lèvres sont aussi assez fines. Mes cheveux sont d'un noir de jais et sont plus longs que pour la moyenne des hommes. C'est un peu le bordel niveau poils du crâne, j'en prends pas soin et je m'en fiche. De toutes manières ça rend pas mal.




.: Histoire :.
« Tout le monde possède une histoire, racontez-nous la votre »



Commençons par le début, oui, car il faut bien un début à tout, et ce début, est le commencement de ma vie.

Mes parents ne sont ni riche ni pauvre, disons dans la moyenne. Ils se sont rencontrés pendant leur adolescence, fin des années lycées, tout simplement, banalement. Oui, peut être que leur rencontre était banale, mais attendez de voir la suite qui est assez moins commune je dirais, sans vouloir me vanter. Mh... En fait je ne vois pas pourquoi je vous parle d'eux, puisqu'à part me nourrir et m'éduquer ce couple n'a aucun lien direct avec moi, alors autant ne pas m'attarder dessus.

Oui, car entre leur amour il y a eu moi. Un enfant trouvé au bord de la route, un gosse ayant oublié son passé, ne vivant... Non, pardonnez moi, ne survivant que de son présent, l'espoir ne comptait plus, les rêves n'existaient plus, je n'était qu'un gosse abandonné par ses parents car je suis né trop maigre et c'était une honte parait-il, que pouvais-je faire? Me défendre? Je n'avais que trois ans. Je ne pouvais même pas espérer ne serais-ce qu'une seule fois avoir une famille. Mais ce fameux couple me trouva, par terre, mourant, piétiné par les autre gosses, des gosses un peu costaud qui se la pétaient et qui s'amusaient à me traiter de fille parce que j'étais maigre et de pauvre parce que j'étais à la rue. Déprimant, hein? Je ne sais pas qui faisais le plus pitié, moi ou ces gamins mal élevés? En plus ils jouaient sur l'âge, étant plus vieux, ils étaient aussi plus grands que moi.

Enfin bref. Veuillez pardonner ce léger écartement. Mais que dis-je... C'est à vous de vous excuser, c'est vous qui me demandez d'en dire plus sur moi, alors si ça vous plais ne vous en plaignez qu'a vous même! Encore bref, je m’égare à nouveau. Mais je n'ai pas à m'excuser! *toussotement* Je reprends.

Donc, j'ai eu une enfance comme une majorité de personnes, c'est à dire épanouie, remplit de naïveté et de bonheur, mélangé a l'école, et tout ça. Oui, l'école, l'endroit où on se fait le plus d'amis? mh... J'en sais rien. J'évitais tout le monde, j'en voulais pas. Et je n'en veux toujours pas d'ailleurs. Si c'était pour former des groupes comme ces morveux qui me frappaient, non merci. J'étais un minimum intelligent, moi, au moins. Et on avait quand même la connerie de venir me faire chier, me traitant d'insecte. Bien sur, même étant un homme, viril mais quand même intelligent, je ne pouvais pas me défendre même si je le voulait vraiment. Vous imaginez? Même les petites filles me frappaient, et arrivaient à me mettre à terre facilement. Je ne souriais jamais, qui aurait envie de sourire quand on se prenait la honte tous les jours? c'est que ça fait mal en plus, et pas qu'un peu... Je passais mon temps libre à lire un livre d'un certain John DERUNEL. Un livre expliquant sa fragilité, une biographie de lui même. J'étais un passionné de ces livres, ils me faisaient pensé un peu à moi, qui tombait facilement gravement malade et qui n'était pas capable de manger plus qu'une femme faisant un régime. Je ne discutais bien qu'avec mes parents, aux heures des repas plus précisément, c'était à ce moment là qu'on pouvait être le plus longtemps réuni. Un vrai moment de bonheur. Sinon ils avaient un peu honte de moi, ils ne m'emmenait jamais jouer dehors, ils ne voulaient pas que les autre parents remarque qu'ils étaient mes "parents".

Triste? Mh... Si vous voulez, il y a bien d'autres histoires plus triste, moi je trouve que je m'en sortais plutôt bien. Vous savez, je n'ai jamais pleuré de ma vie, je vois pas pourquoi je pleurerais pour des gamins plus pathétiques que moi. Au moins j'avais assez de temps pour enrichir mes connaissances et étudier. J'aurais pu devenir architecte, mathématicien, physicien, un grand chercheur en tout cas. Toutes les possibilités s'offraient à moi, mis à par celle trop physique, mais ce n'était pas grave, le sport ça sert à rien d'autre que de se la péter pour rien. J'avançais loin dans mes études, je ne compte plus le nombre de classe que j'ai sauté... Les gens étaient de plus en plus nombreux à vouloir me frapper. Les enfants, les ados, certains adultes... Arrivé à mes 14 ans mes parents ne voulaient même plus me parler tellement ils avaient honte, j'avais toujours un bras cassé, parfois deux. Je ne pouvais plus écrire, mais ce n'était pas grave, ma mémoire avait été bien entrainée depuis. Je ne sais plus pourquoi, mais... Il me semble que je commençais à détester mes parents. Ah! Oui je me souviens pourquoi; peut être parce qu'ils m'ont trouvés par pitié et qu'ils le regrettaient avec l'intention de me jeter à la porte dès mes 18 ans maintenant qu'il comprenaient pourquoi on m'avait abandonné? Tel est la question, ah ah.

J'étais alors connu de toute la région, parfois les gens venaient de la ville d'à côté pour me tester, voir à quel point j'étais maigre, mou et surtout faible. Bah, vous voyez que c'est pas compliqué d'être célèbre! A tel point que mes parent m'ont carrément jeté à la porte un ans après. Ils en avaient trop marre de me payer l'hôpital, à l'époque je ne les comprenait pas vraiment, mais maintenant je me rends compte que toute chose inutile n'est bonne qu'a jeter. Je suis l'un des seul à avoir eu l'honneur d'être encore en vie et d'être maintenant conscient, les autres qui ont survis doivent finir à la poubelle. Comment ai-je pu vivre? Certaines femmes pitoyable me prenaient tout simplement en pitié et me donnaient de l'argent pour me nourrir tous les jours. Je n'avais plus que ça, je ne pouvais même plus lire mes bouquins favoris...

Alors que j'avais 18 ans, j'étais toujours aussi maigre et misérable, je vivais toujours à la rue, mendiant mais ne recevant pratiquement que des coups, on me filmait même, j'étais vraiment misérable aux yeux de tous, et il y avait de quoi, ah. Tous les village, plus même, m’attrapa, me ligota, ils étaient tous complices, je ne reconnaissait même plus le visage des femmes qui m'aidaient, c'était devenu des visages moqueurs et cruels. Chacun leur tour ils se défoulaient sur moi, je me demandait plus que 3 choses.

"Pourquoi vis-je encore? Pourquoi m'as-t-on nourrit si c'est pour me frapper à mort? Pourquoi je ne suis pas encore mort?"

J'avais même vu mes "parents", ils m'avaient complètement oublié. Quand ils eu finit, la journée se termina et tout le monde rentra chez sois, me laissant là, par terre sous la pluie baignant dans mon sang. J'étais en train d'agoniser, je n'avais jamais eu aussi mal de toute ma vie je crois. J'entendais à peine des pas qui venaient vers moi, je n'avais plus la force de voir qui s'avançait. C'était mon seul père.

- Mon fils, j'ai honte de toi. T'es qu'une larve, tu sers à rien. Vas-t-en, dégage une bonne fois pour toute, personne veut de toi ici.

Il me jeta mon livre préféré à côté de moi avec un peu d'argent. Je pris mon courage à deux main pour partir. Mais pourquoi est-ce que je faisait ça? Je me faisais encore du mal à survivre alors que j'aurais pu très bien me laisser crever, j'aurais été enfin tranquille. J'étais naïf, je ne savais plus ce que je faisais. Peut être que cette envie de survivre n'était autre que ma dernière lumière qu'il me restait de tout simplement humain. J'ai eu vraiment du mal à me lever, et quand j'y arrivais je retombais aussitôt. Je continuais tout de même à lutter, je voulais vivre, mais je ne savais pas pourquoi. Je sentais ma fin arriver, je rampais. Pendant un moment j'avais perdu connaissance, j'ai eu comme un blanc, avant d'arriver dans un laboratoire, j'étais sur un lit, il y avait des tas de gens en blouses blanches autour de moi. Un homme avec des lunettes, un sourire presque sadique aux lèvres s'avançait vers moi.

- Bonjour mon petit garçon. J'ai lu de très bonnes choses sur toi, c'est très intéressant. Ta capacité de mémorisation est étonnante, seul quelqu'un qui entrainerait son cerveau sans relâche pourrait avoir un tel niveau. Je te cherchais, et il faut dire que tu n'es pas très dur à trouver, le seul gamin qui n'as pas d'autres occupation que lire, donc le seul qui a, attends je compte... ZERO amis. Ha ah excuse moi, je veux juste que tu bosses pour nous.

J’acceptais la proposition sans hésiter. Je me disais que ce devait être mon destin, que j'allais enfin changer, Je devint vite général. Je savais que n'importe qui ici pouvait m'abattre d'une pichenette, il fallait donc que je cache ma faiblesse. Je décidais donc de faire croire à mes subordonnés que j'avais un immense pouvoir, et avec mon grade c'était très facile... Même les autres généraux ne connaissent pas le mystère de ce gros mensonge. Seul le plus grand de l'organisation Captus le savait, mais voulant me garder il respecta mon secret.





Vous, derrière votre écran
~ (facultatif) ~

Puff : truc bidule chouette.
âge : 19 ans.
Comment trouvez-vous le forum? : Bordel de nom de dieux *Q*
Un petit mot à dire? : Enchantée! (:
(c) Jibun No Toshi


Dernière édition par Ikoto Zeishi le Sam 13 Oct - 17:02, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Civil


Messages : 62
Date d'inscription : 02/09/2012
Age : 20
Localisation : Sans doute quelque part dans les vieux quartiers de la ville.

Informations supplémentaires
âge du personnage:
Pouvoir: Poison of Devildom
Groupe, division: Civil

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une rose, je suis les piquants.    Lun 3 Sep - 19:49

Bienvenue o/
Bonne continuation :3




Je t'aurais un jour Surû, je t'aurais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Civil


Messages : 110
Date d'inscription : 29/08/2012
Localisation : Tu m'cherche?

Informations supplémentaires
âge du personnage:
Pouvoir: Oeil de dieu
Groupe, division: Civils

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une rose, je suis les piquants.    Mar 4 Sep - 9:46

Bienv'nue à toi!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Captus Division I


Messages : 135
Date d'inscription : 03/09/2012
Localisation : Bien caché.

Informations supplémentaires
âge du personnage: 21
Pouvoir: ~
Groupe, division: Captus, chef de l’orgueil ~

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une rose, je suis les piquants.    Mar 4 Sep - 13:39

Merci mes petits sucres!
je vous croquerais bien mes choux :B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Civil


Messages : 110
Date d'inscription : 29/08/2012
Localisation : Tu m'cherche?

Informations supplémentaires
âge du personnage:
Pouvoir: Oeil de dieu
Groupe, division: Civils

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une rose, je suis les piquants.    Sam 13 Oct - 17:26

Fiche validée! Bon jeu!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Je ne suis pas une rose, je suis les piquants.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Je ne suis pas une rose, je suis les piquants.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je ne suis pas Flemmard. Je ne suis pas Désaxée. Je ne suis pas Aveugle. [Pv : liliT, Sei]
» Non, je ne suis pas une fouine, je suis juste inquiet ! [PV Jeremy]
» Suis-je c'que les gens pensent que je suis ? Ou bien suis-je c'que je suis, quoi qu'les gens pensent : tu me suis ? | Nuage de Lierre
» Etes-vous attentifs aux autres ??? Petit test...
» Narcisse Alexandre James || Shizophrene moi? Mais non. Oui je suis gay...... Mais non je suis pas une tapette!|100%

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jibun No Toshi  :: Généralités :: Vos papiers, s'il vous plait :: Présentations acceptées-